emballage recyclé

Comment les emballages alimentaires affectent l’environnement

Alors que certains ménages désinfectent avec ferveur leurs courses du supermarché dans le but de lutter contre le coronavirus, la menace plus lointaine d’un réchauffement du climat semble presque être passée au second plan. L’énergie requise pour respecter les règles sanitaires plus ou moins absurdes, et les dégâts à la santé mentale publique, a rendu le recyclage moins prioritaire pour des millions de personnes dans le monde.

La vérité qui dérange, cependant, est qu’il existe un lien indéniable entre un écosystème déséquilibré et le COVID-19. Le simple fait est que notre planète est proche d’un point de basculement depuis des décennies, et le virus marque une étape pour l’humanité.

Alors que le monde attend avec impatience un traitement médical efficace, le virus a profondément affecté l’humanité sur le plan psychologique. Un sentiment général d’impuissance prévaut, mais il est plus que jamais impératif de penser au-delà des tragédies actuelles, avec une vision à long terme d’un avenir sain.

pollution des océans bouteille en plastique

L’incertitude et la peur se sont infiltrées dans l’esprit de la population

La pandémie a provoqué un gaspillage impulsif à grande échelle, mais ironiquement il est maintenant plus important que jamais de préserver et de prioriser l’environnement. Bien que parfois l’effort de faire des sacrifices pour l’écosystème puisse sembler futile.

Il y a encore de l’espoir pour l’avenir du monde, même en dépit de la récession mondiale. Pour cette raison, il est essentiel de garder l’environnement à l’esprit, afin de ne pas basculer d’une crise à l’autre.

Alors que le COVID-19 est connu pour se propager à des températures plus froides, la majorité des virus se propagent en fait dans des climats plus chauds. Avec des virologues experts avertissant que ce ne sera pas le dernier nouveau virus, il est dans l’intérêt de l’humanité de prendre toutes les précautions contre le changement climatique.

L’élimination des emballages alimentaires a un impact sur l’environnement de plusieurs manières

Tout emballage alimentaire a un impact direct ou indirect sur l’environnement, qu’il soit considéré comme « écologique » ou non. Des facteurs tels que les ressources naturelles (utilisées pour les matières premières et pour alimenter la production et le transport des emballages) signifient que même les produits biodégradables ont un prix écologique. Il faut aussi prendre en compte les encres utiliser pour imprimer.

Les packaging alimentaires sont directement responsables d’un large éventail de problèmes environnementaux, notamment les décharges qui débordent, les émissions de gaz à effet de serre et la pollution par les déchets (à la fois sur terre et dans l’océan). Les préoccupations écologiques entourant les emballages alimentaires et leur impact sur la santé de la planète sont largement centrées sur la manière dont ils sont éliminés.

Alors que le plastique à usage unique est le plus connu de tous les produits d’emballage, même les emballages biodégradables ou compostables peuvent avoir un effet nocif sur l’écosystème s’ils sont éliminés de manière incorrecte . Cependant, dans l’ensemble, c’est bien le plastique à usage unique qui cause le plus de dommages à l’environnement, et doit donc être évité à tout prix.

rivière dégeulasse

Les effets néfastes du plastique à usage unique sur l’environnement

Sur les 23 millions de tonnes d’emballages plastiques produits chaque année en Europe, 40 % (9 millions de tonnes) finissent dans les décharges, ce qui aggrave encore les problèmes d’espace existants. Pire encore, trente-deux pour cent (plus de 7 millions de tonnes) finissent par polluer la terre et les océans.

En ce qui concerne l’océan, ce volume pourrait être atteint en déversant un camion poubelle rempli de plastique dans l’océan chaque minute. Si l’Europe continue sur cette trajectoire, on estime que d’ici 2050, le nombre de camions déversés passera à quatre par minute. Cela équivaudrait à ce qu’il y ait plus de plastique que de poissons dans l’océan, ce qui ferait définitivement basculer l’équilibre naturel.

À l’heure actuelle, il existe deux grandes « îles de plastique » en rotation situées entre la côte ouest de l’Amérique du Nord et le Japon. Ces deux tas de débris sont connus collectivement sous le nom de Great Pacific Garbage Patch (GPGP) ou, alternativement, de Pacific Trash Vortex.

Selon le National Geographic, « Le fond marin sous le Great Pacific Garbage Patch est également couvert de déchets sous-marins. Les océanographes et les écologistes ont récemment découvert qu’environ 70 % des débris marins coulent en fait au fond de l’océan. Les plaques sont si grandes qu’elles s’étendent sur environ trois fois la taille de la France, et peuvent être vues depuis l’espace.

En plus du GPGP provoquant un déséquilibre de l’écosystème, lorsque les emballages en plastique se retrouvent dans notre océan, ils blessent et tuent fréquemment la vie marine. Les décès sont principalement causés par des créatures marines ingérant le plastique, mais aussi par un enchevêtrement qui provoque la noyade, la suffocation et la famine.

Il est prévu que sans un changement radical de la quantité de plastique se retrouvant dans l’océan, plus de 700 espèces marines pourraient disparaître dans les années à venir. Les données actuelles montrent que 267 familles d’animaux ont déjà été touchées, dont le plus célèbre est la tortue de mer.

Le Great Pacific Garbage Patch, cependant, n’est qu’une partie d’un problème de plastique beaucoup plus grave. Alors que l’extinction de toute espèce pourrait en effet faire pencher la balance de l’écosystème, l’un des principaux problèmes de la pollution plastique est les résidus toxiques qui sont lessivés dans l’environnement naturel.

L’impact géologique de la production mondiale de plastique (qui est actuellement de 360 ​​millions de tonnes par an) est si profond qu’il a conduit un certain nombre de scientifiques à suggérer que nous sommes maintenant entrés dans ce que l’on a appelé « l’âge du plastique ». Cette hypothèse prédit que les futurs fossiles contiendront des couches stratifiées de particules plastiques.

caisses en carton

L’élimination incorrecte des emballages alimentaires biodégradables et compostables

Les emballages alimentaires biodégradables et compostables , qui sont définis comme tous les emballages susceptibles de se décomposer, peuvent également avoir un effet négatif sur l’environnement s’ils sont éliminés de manière incorrecte. Le principal problème avec les bioplastiques (tels que le PLA ou le Bio-PE) est qu’ils nécessitent des conditions spécialisées pour se biodégrader efficacement.

Même si les bioplastiques sont fabriqués à partir de matériaux organiques, ils ne se biodégraderont efficacement qu’avec des températures et des techniques spécifiques conçues pour accélérer le processus de désintégration. Lorsque ces produits se retrouvent dans les océans, ils ne se décomposent pas pendant des années et peuvent tuer un grand nombre de créatures marines de la même manière que le plastique traditionnel.

Malheureusement, en raison du manque d’infrastructures de compostage industriel, la majorité de ces bioplastiques finissent soit dans les décharges, soit en polluant le milieu naturel. Malheureusement, lorsque des produits biodégradables ou compostables se retrouvent dans les décharges, ils finissent par causer des dommages encore plus importants que les plastiques à usage unique.

La raison en est que les emballages alimentaires biodégradables sont fabriqués à partir de matériaux organiques qui émettent du méthane lorsqu’ils se décomposent dans des conditions d’enfouissement dépourvues d’oxygène. Par conséquent, tous les emballages alimentaires biologiques qui se retrouvent dans les décharges, émettent des gaz à effet de serre et contribuent à la modification du climat.

Un autre problème avec l’élimination incorrecte des emballages alimentaires biodégradables ou compostables est qu’ils sont souvent ajoutés au recyclage aux côtés des matériaux traditionnels. En raison du fait que le plastique et le carton compostable ont une apparence similaire à leurs homologues d’origine, il y a eu une confusion généralisée parmi les consommateurs et les recycleurs bien intentionnés. Malheureusement, lorsque des emballages alimentaires biologiques sont ajoutés au processus de recyclage, ils contaminent la pureté des matières premières, ce qui entraîne l’envoi de grandes quantités vers les décharges.

Solutions écologiques et avenir de l’emballage alimentaire

L’emballage alimentaire lui-même est indispensable en termes d’hygiène, de facilité de transport et de protection contre les dommages. Alors que les solutions durables telles que les légumes cultivés en circuit court, l’agriculture durable et un mode de vie zéro déchet sont parmi les moyens les plus efficaces de préserver l’environnement.

Cependant, la majorité des citadins n’ont tout simplement pas le temps (ou la terre) pour cultiver même des légumes de base en abondance. Cependant, lorsque l’on visualise l’avenir, il est très plausible qu’il y aura un mouvement massif vers l’agriculture urbaine et des systèmes de troc sophistiqués.

Pour l’instant, le meilleur pari est de faire la part belle au « précyclage » (recyclage préventif). Alors que le recyclage est une excellente option secondaire, le processus lui-même est limité dans la mesure où il nécessite des ressources énergétiques.

De plus, les matériaux tels que le papier ou le carton ne peuvent être recyclés qu’entre cinq à sept fois, après quoi le matériau ne peut plus se lier en une forme solide. Cependant, il peut être réutilisé dans des emballages alimentaires compostables (ou biodégradables), faisant de ce matériau l’une des options écologiques les plus pratiques.

À l’avenir, nous assisterons à une augmentation des installations de compostage industriel, mais pour l’instant, même ceux qui résident dans des appartements peuvent se débrouiller avec un bac de compostage. Les emballages alimentaires en carton ou en papier peuvent être compostés, qu’ils soient étiquetés comme « compostables » ou « biodégradables ».

La clé pour réussir à restituer ce matériau à la terre est de le déchirer en lanières et de le combiner avec le bon ratio de déchets verts. Il existe un certain nombre de techniques de compostage qui peuvent être utilisées à la maison, notamment les bacs à vers et le tas de compost traditionnel.

En conclusion

Malgré un avenir extrêmement incertain, il est dans l’intérêt des générations futures de continuer à s’efforcer d’adopter un mode de vie plus vert. Le coronavirus a étendu ses tentacules dans l’esprit de milliards de personnes, provoquant une tension psychologique sans précédent et une panique généralisée. Dans des moments comme ceux-ci, il est impératif de rester concentré sur le meilleur objectif possible.

Le COVID-19 présenre une belle opportunité de rétablir l’harmonie dans l’écosystème. Les incendies ravagent les forêts du monde et le risque d’inondation en zone urbaine est en forte augmentation. L’impact des changements climatiques se manifeste chaque jour.

Avec plus de la moitié du monde sous confinement, cela a considérablement réduit les émissions de gaz à effet de serre. Il serait dommage de compenser la seule retombée positive de COVID-19, en renonçant imprudemment aux pratiques écologiques pendant la pandémie.

Alors que le monde s’adapte à ce que l’on a appelé de façon inquiétante la « nouvelle normalité », n’oublions pas le lien entre l’environnement et les futurs virus potentiels. Bien que COVID-19 ne puisse jamais être considéré comme une bonne chose, il convient au moins de noter que le virus n’a qu’un faible pourcentage du nombre total de décès, par rapport à soixante-dix, quatre-vingts ou cent pour cent de tous les cas.

Dans un sens, cette épidémie malheureuse et tragique sert d’avertissement écologique qui contribue à accroître le sentiment d’urgence en ce qui concerne une vie plus verte. 

Le choix de donner la priorité aux emballages alimentaires compostables ou recyclables appartient à chaque citoyen et offre une opportunité stimulante d’avoir un impact positif sur l’avenir de la planète Terre. Bien entendu tous les emballages de produits non alimentaires, comme les flacons de shampoing, doivent aussi suivre cette tendance.

La lutte contre COVID-19 (et la prévention d’autres virus) va au-delà de la distanciation sociale, pour fusionner avec l’état d’esprit avant-gardiste des consommateurs du monde entier. Gardons donc à l’esprit la valeur de chaque choix vert, en quête d’un avenir sain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code